La REALITE : Le Pouvoir II

Mars -Avril 2009

La Réalité

 

Le Pouvoir II…

 

 

 

Les gouvernants sont nos représentants, nous avons un droit de regard sur ce qu’il se passe… sur ce qu’ils font… dès lors que cela implique le pays, le monde…  

 

Peu importe qu’ils aient des aventures, peu importe la garde robe ou la beauté de leur épouse… On se fiche de ces détails, mais pour ce qui est important et crucial rien n’est dit, on ne veut pas savoir… C’est ridicule !

 

Des gens sont morts, il y a des questions intéressantes qui sont soulevé et qui peuvent très sérieusement discréditer la thèse officielle d’un acte terrorismeActe qui a conduit à un échauffement planétaire… Personne n’est resté insensible… Ce n’est même plus une affaire d’Etat mais une affaire Mondiale… pour lequel les Etats Unis ont répondus en envoyant des troupes en Irak… avec un solde de morts encore indéterminée puisque toujours en cours…

 

Sous prétexte que nous avons désignés un élu alors nous devons avoir une confiance aveugle dans ce qu’il fait…

Surtout, une fois l’anomalie détectée, on ne doit pas le laisser s’en aller sans avoir à répondre à la population sur ses faits…

 

Alors, pourquoi la communauté Internationale ne flaire pas, là, cette obstruction à la vérité, au droit, à la liberté fondamentale individuelle, collective, absolue…   

 

Le « laisser-faire » conduit inévitablement à l’abus, à la domination… l’asservissement qui progresse petit à petit, subtilement, sans trop de belligérants, sans aucune forme de révolte… L’esclavage, la disparition de liberté individuelle admirablement accepté en sacrifice pour le bien de l’ensemble, de la collectivité, du Monde…

C’est pourtant évident, les preuves sont visibles dans les débats, les faits, les paroles, les actions montrent tout, mais nous ne voyons pas, ou ne voulons pas le voir.

 

 

Le pouvoir sur les Emotions, les Sentiments

La stratégie de séduction, d’alignement…

 

Nous savons les analyser et tenter de tirer de leur personnalité politique un portrait afin de mieux les connaitre, ils en font de même avec la population et nous ont parfaitement étudiés dans ce sens.

 

C’est ainsi que nous savons reconnaitre aujourd’hui, que pendant les périodes législatives, leurs discours se ressemblent et sont souvent des mots choisis et réfléchis pour convaincre… Nous savons parfaitement que les promesses électorales ne durent que le temps des scrutins…

Ils savent mettre à profit ce que les statistiques, les recherches et les études traduisent de nous.

 

Aujourd’hui, ils se servent encore de notre manque de connaissance, de savoir et de nos peurs aussi, pour leur fournir tous les droits, toutes les possibilités.

 

Les pouvoirs politiques ont bien compris nos intérêts, nos craintes, nos rêves et ils en jouent, en nous séduisant, en nous abusant derrière des intentions, des apparences trompeuses…

 

 

Des intérêts pour l’environnement et l’écologie…

Ce qu’ils disent et ce qu’ils font

 

Depuis quelques temps, de nombreux gouvernements parlent d’environnement.

A première vue, c’est une bonne nouvelle de voir l’ensemble des classes politiques réunies autour de ce sujet essentiel…

Les Etats Unis, qui, à travers Bush, avaient refusés l’accord de Kyoto, aujourd’hui sous l’impulsion d’un nouveau chef d’état se disent prêt à faire les efforts nécessaires pour réduire les consommations énergétiques, limiter la pollution, respecter mieux l’environnement.

 

Evidemment, tout le monde s’accorde à dire qu’il faut agir.

Alors, si la politique s’accorde en ce sens pour faire évoluer les choses, quel mal il y a-t-il ?

 

Ces intérêts sont t-ils réellement une intention noble vis-à-vis de la planète et de ses divers habitants ou bien est-ce un intérêt qui vise uniquement une catégorie de favoris… ?

Aujourd’hui, sous prétexte de s’intéresser à la Planète n’acceptons pas tous les sacrifices, réfléchissons bien.

 

Evidemment, nous savons depuis longtemps l’état de la Terre, les risques, les enjeux majeurs, mais aujourd’hui on nous demande d’agir, en parallèle les efforts sont t-ils réellement menés ou bien est ce seulement un moyen, de faire adhérer le peuple à un sacrifice qui se trouve, ne servir que l’utilité des dirigeants et de leurs collaborateurs.

 

 

Ils demandent aux peuples de diminuer les consommations d’eau, d’électricité, l’ensemble des matières premières…

Montrent-ils l’exemple concernant le respect de l’environnement… ?

Les arguments tiennent lorsqu’on les respecte…

 

Les classes politiques sont nombreuses à bénéficier de privilèges mais, parlant d’écologie, pourquoi alors les véhicules qui sont fréquemment renouvelés ne sont ils pas remplacer par des modèles écologiques, pourquoi une taxe n’est elle pas déjà mise en place pour les plus gros pollueurs comme les automobilistes de véhicule à forte consommation de carburants, les grands industriels…

De plus, nous savons, des moyens existent, des solutions sont envisageables : huile de Colza pour remplacer les carburants, utilisation automatiques de matériel permettant la réduction de consommation d’énergie dans les habitations neuves… Rien de tout cela n’est en place, pourtant ce n’est pas plus difficile que d’organiser un nouveau système économique, des plans sociaux, des guerres…

Dans de nombreux endroits, il faut le rappeler, des monuments sont éclairés inutilement toute la nuit… Des gaspillages sont faits au sein même du gouvernement !  

 

 

 

 

Pour notre bien : les sacrifices…

La crise : par qui ? … et pour qui ?

 

Parfois l’indécence dont font preuves les dirigeants est insupportable…

 

Nous traversons une période très difficile, en France comme ailleurs, tous les pays industrialisés se trouvent touchés…

C’est la crise économique, la récession au niveau mondiale…

 

De quoi s’agit t-il ? De banques, de multinationales, d’industriels qui font faillites…

Le système économique étant basé sur de la spéculation, le moindre évènement fluctue le marché financier… Il ne s’agit pas d’autre chose que de pari… Il s’agit de baser une économie mondiale sur le comportement de quelques actionnaires majoritaires, au vue de leurs interprétations des évènements du quotidien….

 

Pour réfléchir très simplement à tout ça, voyons les choses de manière « naturelle »…

Les banques sont des établissements dont le peuple ne peu quasiment pas se passer de nos jours… En effet, qu’il s’agisse de versement d’aide ou de salaire, de moyens de paiement, le citoyen est tenu d’avoir un établissement bancaire… il ne s’en sort pas autrement…

Alors, les banques font des investissements avec les fonds des clients, toujours dans la spéculation.

Je voudrais rappeler à cette occasion, pour le peuple « lambda »,  que la banque dispose des fond de son client sans dédommagement, et en même temps, la banque impute à ses clients des agios, des frais divers, pour des retards de versements, des comptes débiteurs…

 

Pour faire face à cette situation, différents gouvernements de différents pays, ont aidés financièrement les banques, comme les entreprises…

Plan de relance des Etats Unis (790 Millions de dollars, 35 % réduction fiscale, 65% dépenses public), en France, le Gouvernement injecte des fonds en aide aux banques, un plan de soutien à l’industrie automobile pour 6 milliards d’euros.

 

Je trouve cela assez étrange… Une banque ou une entreprise doit assurer la gestion de son entreprise afin de demeurer compétitif sur le marché

Or, aujourd’hui, l’entreprise est donc assistée par le peuple (donc par le salariés lui-même) par l’intermédiaire des impôts qui fournissent aux gouvernements des moyens de secourir ces sociétés mal gérées…

 

Alors… cela signifie quoi ?…

Si je reprends tous les arguments cela donne : le peuple, les salariés ne peuvent bénéficier des profits engendrés, pour permettre à l’entreprise de réinjecter les fonds et garantir ainsi une compétitivité économique… Dans un second temps, devant la crise, traversant une mauvaise période, le peuple, le salarié doit accepter des restrictions, doit s’accommoder de sacrifices et participer aux secours de ces mêmes entreprises, maintenant en faillite

 

http://www.youtube.com/watch?v=Zwg3w4t--UE

 

Nous traversons, nous le peuple, une crise si énorme que de nombreuses familles doivent compter sur les aides associatives, le seuil de la pauvreté est atteint par une classe sociale auparavant « classe moyenne »

Le peuple se bat pour survivre et on entend qu’il faut sauver les entreprises pour parvenir à se sortir de là… Le gouvernement utilise un argument infaillible… C’est en sauvant ces banques, ces entreprises que nous allons relancer l’économie et ainsi sauver nos propres moyens de consommations…

 

C’est ainsi, que de nombreux citoyens, honnêtes et peu être au bord du désespoir croient encore qu’en agissant de cette manière nous nous en sortirons…

Ce n’est qu’une thèse, une hypothèse que l’on teste…

 

Pourtant ce n’est pas nouveau, cet argument on nous le servait déjà quand les entreprises faisaient du profit…

Ne soyons pas stupide ! Nous ne sommes pas si bêtes tout de même !

C’est vraiment nous prendre pour des idiots…

Et quand ces mêmes banques, entreprises, avec ces mêmes dirigeants, feront à nouveau faillite que feront nous, vendrons nous nos âmes pour les sauver encore, allons nous accepter de mourir de faim tandis que certains, ceux mêmes qui font mal leur travail et cause ces faillites, profitent librement de tout ce qu’ils ont amassé comme dividendes, profits, primes…

Le peuple doit encore se sacrifier, l’inflation, la crise, le chômage l’oblige à nouveau à faire des concessions dans son confort quotidien, et pour certains dans une pauvreté déjà bien installée.

 

C’est tout de même stupéfiant ! Comment peut-on laisser faire des choses comme ça… La crise ! Pourtant, dans le même temps, les gouvernements dépensent sans compter.

 

La crise : ils veulent en parler entre eux …  les sommets se tiennent au détriment du peuple, des habitants, dans le confort et l’abondance.

Les budgets ne sont pas revus, pourtant il s’agit de l’argent du contribuable… Les soirées, les diners, les voyages continuent d’être organisés… Ces cérémoniales sont t-ils vraiment nécessaires dans une période de récession, comme celle-ci… ? Le peuple se sacrifie, elle paie pour les erreurs des banques, des grandes entreprises… et pendant ce temps, on aménage une réunion des dirigeants pour en discuter avec des factures, des frais à rallonge… Pourquoi ? Pour bien accueillir… ?

Le peuple se fiche de la mode des femmes de président Américain ou Français… Quelque soit le prix de sa tenue, la couleur ou le modèle choisi ne change rien à la crise… ! Des jets privés, des réservations dans des palaces, des restaurants chics, des  tenus somptueux, des frais annexes pour le confort des invités…    

Du gaspillage et des frais, bien plus que la population n’en fait… Ne devraient ils pas être les premier à se serrer la ceinture… !

 

 

Le pouvoir de la peur

La peur des uns donne le pouvoir aux autres …

 

Aujourd’hui, on nous sert nos peurs quotidiennes pour nous tenir discipliné dans les choses qu’on nous impose…

 

Nous l’avons vus au Etats Unis, le 11 septembre 2001, a rassembler toute l’Amérique autour du Président, pour combattre en Irak …

Nous savons que les Américains n’ont pas compris l’opinion française, nous avons été critiqués et je pense que nous le sommes encore…

Evidemment, pourquoi combattre en Irak en se basant sur les faits qui se sont produits… Tous les français ont été abattus, solidaires, tristes et en colères face à la cruauté de cet évènement… Mais en Irak, il n’y avait pas les personnes coupables de cet acte… S. Hussein quel qu’il soit, et quelque soit la nature des reproches que l’on peut avoir à son encontre, n’a pas été l’auteur de ces actes… On ne peut pas se mettre en guerre sans une raison valable… Et les raisons invoquées par le gouvernement Américains aurait put être prétextées bien avant le 11/09, mais pas être imputées à cette cause.

 

La peur nous fait réagir dans la précipitation, la douleur, la peine nous aveugle…

Tout être humain, étant agressé réagi… Je conviens qu’on ne peut pas rester pacifique, parfois… Mais, il s’agit de vies… Nous ne pouvons pas nous mettre à haïr, à combattre sans être sure de ce que nous faisons…

 

Contre la violence, l’insécurité…

Ils nous en protègent ou ils la font ?

 

 

Dans les quartiers, de France et d’ailleurs, on nous parle d’insécurité pour légitimer le pouvoir absolu…

Il me semble que l’une des compétences nécessaire à l’exercice de fonctions politique est la diplomatie…  Pourtant, les classes politiques, où quelles soient sur la planète semble de plus en plus en manquer…

La diplomatie consisterait, à un niveau national, à ne pas aggraver des tensions.

 

Si, dans certains quartiers, certains « jeunes » troublent la tranquillité et l’ordre et qu’à titre préventif, on les surveille de près… Est-ce diplomate, équitable,  de les harceler lorsqu’ils ne font absolument rien… ? Les représentants de l’ordre… ne sont t-ils pas par définition censés apporter l’ordre et non pas la provoquer…

Et puis, nous le savons tous, et le Président Français le premier tient aux bonnes manières… la politesse et la manière de s’adresser à autrui…

Lorsque les policiers s’adressent à des jeunes, ne peuvent –ils pas leur parler comme à des citoyens normaux… Pourquoi tutoyer, pourquoi être sur la défensive et le ton trop lourd… ? Les policiers doivent protéger le peuple et non pas l’effrayer…

 

 

http://www.youtube.com/watch?v=bqX-kRfKF0I

 

http://www.youtube.com/watch?v=6aeVkL3tvj0

 

 

Le droit de grève et le service minimum sont incompatibles. Dans de nombreuses entreprises, les salariés sont mécontents mais n’osent pas faire grève de peur de se faire licencier… La crise donne des arguments aux patrons peu scrupuleux qui peuvent faire remplacer un salarié sans avoir à s’expliquer…

Aujourd’hui, même lorsque les grèves ont lieux le Gouvernement reste insensible, aveugle et sourd

 

 

Des décisions sont prises, des lois votées, sans aucun avis du peuple, pourtant, ces lois sont préjudiciables, elles remettent en cause l’ordre établi du pouvoir, elle s’autorise tout, et surtout sans que le peuple ne puisse s’y opposer…

Si vous pensez que j’ai tord… Dites moi comment feriez vous aujourd’hui si vous n’étiez pas d’accord avec le gouvernement ?... Imaginons-le, même si ce n’est pas le cas.

Pensez-vous que la révolte soit possible de nos jours ?

Je n’irais pas jusqu’en Chine pour vous parler des droits bafoués, ici même, sur le  territoire de la Libertéde l’égalité et de la fraternité…

 

Nous nous croyons à l’abri, derrière cette fabuleuse Constitution, pour laquelle les nôtres se sont sacrifiés et battus.

Nos droits… que sont t-ils si tous les pouvoirs sont entre une seule et unique main…

Un gouvernement qui détient le pouvoir sur la nourriture,

les terrains, la communication, les transports, les frontières, l’armée, la médecine, la justice, la police

En cas d’opposition sur quelque sujet que ce soit… quel est notre point de retour… Vers qui pouvons-nous nous retourner … qui ne soit dirigé par nos adversaires eux eux-mêmes…

C’est pourtant logique, évident et surtout TRAGIQUE… !

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×